L’efficacité de pédalage, c’est quoi ?

L’efficacité de pédalage, c’est quoi ?

 

L’efficacité de pédalage

 

A la clinique, nous vous parlons systématiquement d’efficacité de pédalage. Mais finalement, de quoi parle-t-on vraiment ?

Par sa définition, l’efficacité de pédalage témoigne de la capacité du coureur à exercer un maximum de force (exprimée en puissance) sur un tour de pédalier.

Selon Mornieux (2005), ce concept reflète la technique de pédalage puisqu’il représente la relation entre la force efficace et la force appliquée sur la pédale.

Longuement étudié par Lafortune et Cavanagh (1983), ou encore Mornieux (2005), l’efficacité détermine le lien entre force efficace (Fe) et force totale (Ftot) appliquée sur les pédales. Grâce aux technologies actuelles, notamment les capteurs de puissance nous pouvons facilement analyser ces différentes phases de forces et notamment la force efficace (Fe), en relation avec le travail de la manivelle : la force radiale (Frad).  

A partir des forces mesurées, il est possible de déterminer l’Indice d’Efficacité (IE), définit comme le pourcentage d’impulsion linéaire utilisé afin de générer une impulsion angulaire (Mornieux, 2005) :

Calcul de l’Indice d’Efficacité de pédalage (G. Mornieux 2005)

Dans un cycle de pédalage, nous pouvons y distinguer plusieurs phases (figure 2) du travail du pied :

 

Figure 2 cycle de pédalage simple

 

Ce cycle sollicite diverses actions musculaires (Figure 3 et 4). Grâce à l’avancée humaine et technologique, ce fonctionnement des chaînes musculaires a été analysé et validé par la biais d’analyses cinématiques et électromyographiques.

Figure 3 Groupes musculaires des membres inférieurs intervenants dans le cycle de pédalage (Faria 1992)

Figure 4 Solliciations musculaires en fonction de l’angle de la manivelle (Faria 1992)

 

Ces différentes sollicitations musculaires induisent une évolution des forces (plus ou moins importantes) au cours d’un cycle de pédalage : c’est pourquoi il est fondamental de toujours travailler la qualité du pédalage afin d’optimiser le transfert de force.  L’application des forces ne suffit pas à elle seule pour être performant dans le cyclisme, sinon, les bodybuildeurs seraient tous d’excellents finisseurs ! 

Par sa définition, la puissance est une relation entre la force et la vitesse : en cyclisme la vitesse est traduite par la cadence de pédalage déterminant la rapidité d’exécution d’un cycle complet (exprimé en RPM). Sur un sport d’endurance où l’objectif est de produire un maximum de puissance sur la plus longue durée possible, une certaine économie énergétique doit être réalisée afin de ne pas consommer des calories inutilement … Par le biais de la technique de pédalage : c’est l’efficience énergétique. L’efficience énergétique sera le support d’un prochain article.

Comment travailler cette efficacité ? 

Séance unijambiste, travail du déroulé du pied, travail de force, de vélocité … De nombreuses variétés d’exercices s’offrent à nous !

N’oublions pas que la technique de pédalage est indirectement un « programme moteur », une fonction motrice à imprégner : les progrès ne se font pas en une seule séance mais avec persévérance et patience!

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *